Guy Hoquet : l’immobilier ancien au beau fixe au 1e semestre

Guy Hoquet immobilier
Guy Hoquet Immobilier, un réseau d'agences immobilières développé en franchise.

Le réseau d’agences immobilières Guy Hoquet dresse le bilan du marché de l’immobilier ancien au 1er semestre 2018.

Après une année 2017 de tous les records, bon nombre de professionnels de l’immobilier s’attendaient à une baisse de régime pour le 1er semestre 2018. Mais que nenni ! Dans son bilan de l’immobilier ancien, sur les 6 premiers mois de l’année, Guy Hoquet constate au contraire un volume des ventes au national en hausse de 4,2% vs la même période de 2017.

Tous les voyants au vert

Au 1er semestre de l’année 2018, le réseau constate que le marché de l’immobilier dans l’hexagone s’est montré favorable aux futurs acquéreurs.
En effet, si les prix au m² ont enregistré une légère augmentation (+1,2% vs. S1 2017) pour s’afficher désormais à 2 545€* en moyenne environ, le prix de vente moyen s’est, lui, stabilisé aux alentours des 220 000€ (+0,5% vs. S1 2017).
Dans le même temps, la superficie moyenne a grimpé (+3m² entre le 1er semestre 2017 et le même segment de 2018 ; +1,8m² depuis le 1er trimestre 2018) pour atteindre les 86,8 m².
« Les prix généralement stables ont été une opportunité pour les Français qui, avec le même budget, ont pu acheter un peu plus grand. Pour autant, ils ne se sont pas précipités puisque nous constatons un allongement du délai de vente de 2 jours, en comparaison avec la première partie de l’année 2017, portant ce marqueur à 89 jours en moyenne » analyse Fabrice Abraham, Directeur Général de Guy Hoquet.

Le marché francilien sous haute tension

Dans le détail, le marché parisien a vu ses prix majorés de 6,8%, tandis que les prix de vente moyen prennent +5% ! Symptomatique d’un marché qui se tend – encore davantage – la rapidité à laquelle les transactions se font : – 3 jours en moyenne (61 jours sur les 6 mois de 2018 vs. 64 jours la même période en 2017).
« Cette situation risque de conduire Paris à un point de rupture tant les déséquilibres entre l’offre et la demande sont d’ores et déjà inquiétants. Nous enregistrons une baisse des mandats de vente de 19%, un constat sans précédent sur ce marché de la capitale » alerte Fabrice Abraham.
Sur le marché de l’Ile-de-France, la hausse des prix est également d’actualité à +2,2% à 3.501€ le m² en moyenne.

La province reste stable

Dotés de prix stables ou quasi (+0,7% – 1 923€ le m² au 1er semestre 2018 contre 1 909€ l’année précédente à la même période), la province offre un pouvoir d’achat en hausse aux ménages désireux d’acquérir sur ses terres. Ainsi, le réseau Guy Hoquet constate une augmentation d’1,2m² de la surface moyenne d’achat, frôlant désormais les 100m² (97 m² au S1 2018 vs. 95,8m² au S1 2017), et ce pour un prix moyen grimpant de 1,8% pour atteindre les 186 531€ environ. Ceci étant, certaines villes de province sont victimes de leur succès, à l’image de Bordeaux qui reprend son souffle après une année 2017 explosive (+17% sur les prix l’an dernier !) et de Lyon qui recommence à séduire avec des prix qui s’envolent : +8% au m² et +12,7% pour le prix de vente moyen.

Et dans les mois à venir ?

L’effondrement du nombre de transactions, tant redouté en début 2018, n’ayant pas eu lieu, un effet secondaire logique commence déjà à se faire sentir sur le terrain : l’assèchement de l’offre.
Ainsi, entre le 1er semestre 2017 et la même période en 2018, Guy Hoquet constate une baisse de 12,5% des mandats de vente enregistrés.
« D’après nos études, le marché immobilier compte actuellement principalement des primo-accédants (42%) et des investisseurs (16%), 2 typologies d’acquéreurs qui ne disposent pas de biens à mettre en vente et qui participent ainsi activement à l’appauvrissement de l’offre » souligne Fabrice Abraham, Directeur Général de Guy Hoquet.
Ce dernier de poursuivre « Concernant les investisseurs, nous remarquons que leur présence est en baisse (12,5% de moins qu’au 1er semestre 2017), phénomène que nous allons surveiller de près car il s’agit peut-être ici des prémices du retour de l’encadrement des loyers, annoncé au sein de la loi ELAN ».

A propos de Guy Hoquet l’Immobilier

Avec 500 agences et cabinets d’affaires et un volume d’affaires en 2017 de 3,2 milliards d’euros, le réseau Guy Hoquet figure parmi les leaders de la franchise immobilière en France. Guy Hoquet l’Immobilier est une société du groupe Nexity. Le réseau a choisi de rompre avec l’image traditionnelle de l’agent immobilier pour devenir le partenaire du projet immobilier grâce à une ligne de conduite unique dans le métier : la garantie du prix et du délai de vente. Dotée d’un organisme de formation agréé, la Business School, Guy Hoquet a dispensé 11 000 journées de formation en 2017.

A propos de Dominique Chaigneau 76 Articles
Rédactrice web spécialiste franchise depuis des années, j'aime traiter l'actualité des réseaux sous toutes ses formes.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*