Poutinebros, le spécialiste de la poutine québécoise, lance sa production de fromage

poutinebros restaurant
Poutinebros, un nouveau concept d'inspiration québécoise.

L’enseigne rennaise de restaurants québécois Poutinebros devient le premier réseau de restauration rapide qui fabrique lui-même son fromage après trois ans de R&D !

Pour confectionner une vraie poutine québécoise, il faut des frites à la fois fondantes et croustillantes, un fromage en grains qui fait skouik-skouik sous la dent et une bonne sauce brune. Le soucis de Poutinebros : le fromage qui fait « skouik-skouik » est resté introuvable en France. Mais loin d’être découragés, Nicolas et Camille Gaudin, les créateurs du concept ont décidé de le fabriquer. Après deux ans de R&D, le Poutinelab voit le jour fin 2017 à Rennes. Il commence à fabriquer les sauces chaudes pour les poutines et les sauces froides pour les burgers. Mais pour le fromage en grains, quelques mois de réglage sont encore
nécessaires. « Il nous aura fallu presque 3 ans pour réussir à reproduire un authentique fromage en grains, tel qu’on le déguste dans les meilleures poutineries québécoises », révèle Nicolas Gaudin.

Le Poutinelab a débuté sa production de fromage en grains en septembre et produit actuellement 150 kg de fromage par semaine pour les besoins du restaurant de Rennes. Mais les frères Gaudin voient loin : « Notre laboratoire est dimensionné
pour fournir jusqu’à 10 restaurants. Ainsi nous pouvons assurer la première étape du développement de Poutinebros. Ensuite, nous chercherons un nouveau laboratoire de 200 à 300 m², toujours sur Rennes », confie Nicolas Gaudin.

Des objectifs ambitieux

Poutinebros a pour objectif de passer le cap des 10 restaurants d’ici fin 2020, en s’installant d’abord dans les grandes villes
étudiantes. Deux succursales et deux à trois franchises sont prévues en 2019. Pour son développement en franchise,
Poutinebros recherche des entrepreneurs dotés d’un relationnel client hors pair. Pour ouvrir une franchise Poutinebros, il faut un apport personnel de 80 K€ et un investissement global de 250 K€ (hors droit au bail). Le local, d’une surface minimum de
100 m², doit se situer en emplacement n°1 ou n°1 bis en centre-ville ou périphérie d’agglomérations de 60 000 habitants minimum. Le chiffre d’affaires réalisable après 2 ans s’élève à 800 000 €.

A propos de Dominique Chaigneau 77 Articles
Rédactrice web spécialiste franchise depuis des années, j'aime traiter l'actualité des réseaux sous toutes ses formes.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*